Répondre à : L'avenir de la dégustation…

Forums Quel avenir pour l’ostréiculture ? L'avenir de la dégustation… Répondre à : L'avenir de la dégustation…

#25271
Mathieu
Participant

L’arrêté est assez ouvert car tu as le droit de cuire dans l’arrêté morbihannais. Relis bien. Ce sont les méthodes du préfet et des contrôleurs d’état (sanitaire, travail et administratif) qui choquent.

Fini le service public, l’altruisme et la logique économique et écologique. Place à la répression public et l’autoritarisme.

Les droits de dégustation morbihannais sont moins ouvert qu’en Charentes maritime certes. Pourquoi régionale et pas nationale? Lobbie Marennnes Oléron peut être, meilleure défense CRC peut être, esprit plus libéral dans le sud. Vas savoir. Dans le nord on produit, dans le sud on vend.

Sache qu’en ce moment même le CNC planche pour des droits de dégustation nationaux lissés sur le 17. Est ce que ça va aboutir? Quand? Quels droits? Quelles conditions?

Tous tes arguments ont déja été maintes fois énumérés aux administrations, avec des demandes très simple d’ouverture. Toujours refusé. Et pire, on obtient un braquage dans les discours, un conflit privé/public qui aboutit aux méthodes utilisés en ce moment même, nous rappelant tous les 3 jours nos obligations, les contrôles qui vont avoir lieu et le code pénal.

Pour moi, c’est de l’ingérence direct et indirect de l’Etat dans nos entreprises, avec des méthodes de répression basées sur des menaces, des sanctions et l’assise de l’autorité administrative sur des chefs d’entreprise utilisant du DPM. On retrouve ces méthodes dans toutes les filières de notre profession.

En bref, c’est l’Etat le patron, pas nous. Les chef d’entreprise sont réduit au niveau d’un simple gestionnaire, devant obéir à des obligations, des normes, des fonctionnaires etc… décidés par l’Etat, sous peine d’amendes, de prison, de débarquement, d’enlèvement des concessions, etc…

Une profession et des professionnels en colère silencieuse et complétement apeurés, qui ne bougent jamais ensemble pour faire valoir ces droits, sont la conséquence d’une telle situation dans les filières aquacoles.

Donc, agir ensemble ou assumer seul. Les agriculteurs et Gilets Jaunes ont de très nombreuses fois eu ce courage. Pas nous.
Baissons les yeux.